L’ os naviculaire accessoire est un os surnuméraireun os « en plus » par rapport à la normale ainsi il n’est pas présent chez tout le monde. La plupart du temps, il passe inaperçu et ne nécessite alors aucun traitement. Dans d’autres cas, il est responsable de douleurs ce qui justifie un traitement. Ces douleurs sont souvent étiquetées à tort entorses de cheville en raison de leur localisation proche de la cheville.

 

Symptômes

Les signes évocateurs sont :

  • des douleurs de la face intérieure du pied, légèrement en dessous et en avant de la cheville.
  • une tuméfactionune « boule » en langage commun dure situé au même endroit et correspondant à l’os.
  • Un œdèmegonflement de la peau et des chairs peut être également présent.

 

Parfois les douleurs sont majorées lors des chocs ou des torsions de la cheville. Ainsi elles peuvent être faussement étiquetées comme entorse du pied ou entorse interne de cheville en raison de la localisation et du mécanisme qui sont trompeurs.

 

Anatomie et mécanisme

Chez les personnes sans os naviculaire accessoire, le tendon tibial postérieurattache du muscle tibial postérieur sur l’os s’insère sur l’os naviculaire principal. Celui-ci est relativement massif et solide pour soutenir la traction du tendon.

Chez les personnes présentant un os naviculaire accessoire, l’anatomie est modifiée. L’os naviculaire accessoire est fixé à l’arrière de l’os naviculaire principal par une articulation mince et fragile. Venant de l’opposé, le tendon tibial postérieur s’attache sur les 2 os en englobant l’os accessoire. Sous l’effet des tractions répétées du tendon, l’articulation s’affaiblit, se mobilise et s’irrite. Elle devient alors le siège d’une inflammation. Ceci peut se voir sur une IRM et explique les symptômes.

Des radiographies du pied en chargeen appui sur le sol avec le poids du corps confirment le diagnostic. Elles montrent la présence de cet os supplémentaire. Dans les cas incertains ou atypiques, une IRM peut mettre en évidence l’inflammation entre l’os naviculaire principal et l’os naviculaire accessoire confirmant ainsi sa responsabilité dans les douleurs.

 

Traitement

Le traitement médical comprend du repos, un glaçage de la zone douloureuse et des médicaments antalgiques. Il suffit à traiter les douleurs aiguës, par exemple, lors d’une torsion du pied. Mais il n’empêche pas les récidives.

Ainsi le traitement de choix est chirurgical. La procédure nécessite une incision d’environ 5 cm et prends 45 minutes. L’intervention consiste à enlever l’os accessoire, à réparer le tendon tibial postérieur puis à le réinsérer sur l’os naviculaire grâce à une ancredispositif en forme de harpon que le chirurgien fixe dans l’os. De l’ancre partent des fils permettant la suture du tendon à l’os.. Ensuite l’incision est refermée. La fermeture de la peau est assurée par un surjet intra-dermique qui permet d’obtenir le meilleur résultat esthétique.

 

Foire Aux Questions

Le repos peut-il suffire ? Il vous soulagera dans un premier temps. À la reprise des activités, le même processus va probablement engendrer une récidive progressive des douleurs.

On ne voit pas d’os naviculaire accessoire sur ma radiographie. Pourtant ça y ressemble… : il faut des radiographies de pied et non de cheville. De plus, il faut des clichés de face, de profil en chargeen appui sur le sol avec le poids du corps et de 3/4.

L’IRM est-elle systématique ? Non, seulement en cas de doute sur l’implication de l’os accessoire.

L’opération peut-elle se faire en chirurgie ambulatoire ? Oui sous conditions d’avoir des proches pour vous veiller.

L’opération peut-elle se faire chez les enfants? Oui à condition que l’ossification de l’os naviculaire principal soit bien avancée ce qui survient généralement entre 10 et 13 ans. Cela se vérifie à la radiographie.

L’opération est-elle très douloureuse? La plupart des patients ne présentent pas de douleurs importantes. Dans tous les cas, des médicaments anti-douleurs sont prévus.

Puis-je marcher après l’opération ? Oui, sous couvert de cannes pendant 10 à 15 jours et pas plus de 5 minutes.

Puis-je faire du sport après l’opération ? Oui, au bout de 12 semaines.